Nombre de personne : 4
Prix : Bon marché
Difficulté : Facile
Temps de préparation : 10min

Temps de repos : 1h

Ingrédients
250 g de fromage blanc en faisselle
1 échalote
1 petite gousse d’ail
1/4 de botte de persil plat
1/4 de botte de ciboulette
15 g de crème épaisse
2 cuillère à café d’huile de noix
Du poivre du moulin
De la fleur de sel
1/2 baguette
De l'huile d'olive

Recette
1: Égouttez la faisselle puis réserver dans un récipient. 
2 : Épluchez et ciselez l'échalote.

  
   
3 : Pelez la gousse d'ail, ôtez le germe et hachez-la.
   
  
4 : Lavez et séchez les herbes puis hachez-les.
   
5 : Mélangez l'échalote, l'ail et les herbes avec la faisselle et la crème épaisse.
   
5 : Ajoutez l'huile de noix, puis mélangez de nouveau. Salez et poivrer puis réserver 1h au frais.
  
6 : Coupez le pain en morceaux et badigeonnez ceux-ci d'huile d'olive.
7 : Faites-les toaster.
 

8 : Servez la cervelle de canut dans des ramequins avec les crostini à côté.
De tous les pêchés capitaux, la gourmandise est certainement celui pour lequel je me fourvoie aisément. De mémoire, je crois que j'ai toujours été gourmande, de l'âge où je passais mon doigt dans le saladier débordant de mousse au chocolat à celui de mes premières expériences pâtissières. Mais affirmer que la gourmandise est intrinsèquement liée au sucré serait faux car je résiste autant à une part de moelleux au caramel qu'à un foie gras mi cuit sur une tranche de pain de campagne. Alors pour vous parler de gourmandise, je pourrai lister ce qui la représente à mes yeux (et mes papilles) mais la liste serait très longue car je crois que selon ma conception de la cuisine, tout est gourmandise. Alors si je devais choisir un instant gourmand, ce serait sans hésiter la préparation du riz au lait. Pourquoi ce moment ? Car il m'arrive souvent de me brûler les doigts en essayant d'attraper la peau de lait caramélisée qui se forme, que je suis incapable d'attendre des heures qu'il refroidisse et qu'une fois prêt, j'ai toujours l'impression de ne pas en avoir fait suffisamment. Alors oui, je suis gourmande mais après tout comme le disait si bien Guy de Maupassant : " De toutes les passions, la seule vraiment respectable me parait être la gourmandise. " 

Nombre de personne : 2 très gourmandes ou 4 raisonnables  
Prix : Bon marché
Difficulté : Facile
Temps de cuisson : 35min

Ingrédients
80g de riz blanc rond (aussi appelé riz spécial dessert)
1 gousse de vanille
500ml de lait entier
1 cuillère à soupe de crème fraîche d'Isigny
2 cuillères à soupe de sucre


Recette
1 : Fendre la gousse de vanille en deux dans le sens de la longueur. Gratter délicatement l'intérieur avec la pointe d'un couteau afin d'en récupérer les graines.
2 : Dans une casserole, verser le lait entier.
Ajouter le sucre, les graines de vanille et la gousse fendue.
Porter à ébullition puis baisser le feu à basse température (plaque à induction : puissance 3).
3 : Verser le riz en pluie puis cuire à feu doux (plaque à induction : puissance 3) durant 30min tout en remuant régulièrement et délicatement avec une cuillère. Une peau se forme, la rompre et la mélanger au riz au lait.
Au bout de 30 min, le riz est moelleux mais reste ferme et le lait est quasiment absorbé.
Sortir du feu et retirer la gousse de vanille.
Ajouter la crème fraîche d'Isigny et remuer délicatement.
 
4 : Laisser refroidir avant dégustation puis déguster nature ou avec des framboises.

Conseils
Ne pas rincer le riz à l'eau ou le précuire à l'eau, l'amidon sert de liant et permet d'obtenir un riz crémeux.
Vérifier régulièrement la cuisson du riz et remuer de temps en temps.
A la fin de la cuisson, le lait doit être encore être présent. Il sera absorbé par le riz en refroidissant.
L'ajout de crème fraîche est facultatif, il s'agit juste d'une touche de gourmandise supplémentaire.
 
Quand j'ai rencontré monsieur Berbouille, prendre un petit déjeuner le matin ne faisait absolument pas partie de mes priorités. Les jours où cela m'arrivait, il se résumait simplement à un pain chocolat acheté et avalé à la hâte sur le chemin du travail. Il m'était en effet inconcevable de sacrifier ne serait-ce qu'une minute de sommeil pour déjeuner. Seulement, pour mon cher et tendre, le petit déjeuner est une étape incontournable de la journée. J'avais beau m’emmitoufler sous la couette à la recherche des bras de Morphée, j'étais alléchée par l'odeur des tartines de brioches grillées et du café moulu. Il avait donc trouvé le secret pour me faire sortir du lit, titiller ma gourmandise. Le petit déjeuner est désormais un rituel à la maison et pour ne pas me lasser, je teste tout un tas de recettes qui contenterait la gourmande que je suis. La première recette est celle des buttermilk pancakes mais pas n'importe lesquels, les meilleurs pancakes que j'ai pu goûté, déniché sur le blog d'Estelle qui l'a elle même trouvé dans le livre Cook 1.0. de Heidi Swanson. Ils sont moelleux à souhait, parfait recouvert de sirop d'érable ou de confitures de fruits rouges.

Nombre de personne : 2
Prix : Bon marché 
Difficulté : Facile
Temps de préparation : 5min
Temps de cuisson : 10min

Ingrédients :
125 g de farine
1/2 cuillère à café de levure chimique
1/4 de cuillère à café de bicarbonate de soude
30 g de sucre
250 ml de lait fermenté
1 oeuf
1 pincée de sel
1 cuillère à soupe d'huile     

Recette :
1 : Dans un saladier, battre l'œuf, l'huile et le lait fermenté.
Dans un saladier, tamiser la farine, le sucre, la levure, le bicarbonate de soude et le sel. 
Former un puits, verser le liquide lentement et mélanger à l'aide d'un fouet. Il n'est pas nécessaire que la pâte soit très homogène.
Laisser reposer la pâte 15 min au réfrigérateur.
   
: Dans une poêle, à feu moyen, faire fondre une noix de beurre. Quand le beurre frémit, étaler le à l'aide d'un papier absorbant. Verser une louchée de pâte et faire cuire jusqu'à ce que des bulles se forment à la surface.
Retourner les pancakes à l'aide d'une spatule et cuire quelques secondes pour qu'il soit bien doré.
Dégustez avec du sirop d'érable et du beurre fondu.